LE REVENU DE DEVELOPPEMENT
LE REVENU DE DEVELOPPEMENT

Origine et concept de revenu de développement

en tant qu’élément d’une nouvelle

culture universelle

 

Il y a fort longtemps que bien des esprits se préoccupent des moyens de réduire la pauvreté dans le monde. C’est ainsi que, loin d’être nouvelle, l’idée de verser à tous les citoyens un revenu primaire sans la contrainte du travail pointe à la Renaissance, avec l’humaniste et homme politique anglais Thomas More (juriste devenu chancelier du royaume et dont l’Eglise en a fait un saint), dans son célèbre ouvrage Utopie qu’il écrit en 1516, au moment des ravages sociaux que provoquent l’irruption de la propriété privée dans l’Angleterre du XVIe siècle et la brutalité avec laquelle les familles paysannes étaient jetées sans ménagement sur les routes. Sous des vocables variés (dividende territorial, allocation universelle, revenu d’existence, revenu de vie, revenu de citoyen ou de citoyenneté, revenu de base (traduit de l’anglais basic income), dividende universel…) et pour des motifs divers, elle a été développée jusqu’à nos jours sous la plume de nombre d’auteurs dont les travaux ont inspiré les nôtres.

 

  Au fil du temps, il a été ainsi défendu et s'est imposé de plus en plus l'idée que le seul fait de naître humain et qu'à partir du moment où l'on considère la dignité de la vie humaine comme un droit, la société doit assurer à toute personne de la naissance à la mort le minimum pour préserver cette dignité. "La rémunération du travail doit s'ajouter à cette première couche de revenu qui, de même qu'on respire, est indispensable à l'homme. L'argent ne doit plus être une préoccupation de survie".

 

C'est ainsi que le Mouvement français pour un revenu de base, une association de la loi de 1901, qui s'assigne comme but de promouvoir l'idée du revenu de base en fédérant les différents courants de pensée qui la compose, la définit comme suit :

 

"Le revenu de base est un droit inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d'autres revenus, distribué par une communauté politique à tous ses membres, de la naissance à la mort, sur base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement".

 

 

 

 

 

 

L'inconvénient, à notre sens, d'une telle définition (que reprennent de façon assez similaire la plupart des partisans de l'idée), c'est que si, elle présente bien la prestation considérée sous la forme que concrètement elle devrait dans la pratique revêtir, elle ne met pas suffisamment en évidence, comme le soulignent les économistes et philosophes Yannick Vanderborght et Philippe Van Parijs dans leur excellent petit livre sur le sujet (L'Allocation universelle, 2005), qu'elle "fait immanquablement appel à une société juste, dont les partisans de l'allocation universelle, pas plus d'ailleurs que leurs adversaires, ne peuvent éluder l'explicitation", .

 

Alors que nous ignorions presque tout du long passé de l’idée, nous nous y sommes nous-mêmes référés dans sa définition courante, notamment dans l'ouvrage Une stratégie globale pour une pleine occupation – Prolégomènes à une économie citoyenne écrit en commun avec  Henri Plagnol, où, plaidant pour une stratégie pragmatique visant à assurer une occupation à chacun,  nous prônions, par-delà et en prolongement d’une telle stratégie, à l'instar de nombre de ses partisans, dans le contexte contemporain, ce revenu universel, individuel et inconditionnel, comme l’une des mesures phares pour venir à bout de la misère et du chômage de masse, ce qui avait tout particulièrement retenu l’attention des médias, lors de la parution de notre volume en 2002.

  Mais, à la suite de maintes et  riches discussions et rencontres, nous avons fini par écarter les expressions de "revenu de citoyenneté" ou de "revenu d’existence » qu'indifféremment nous utilisions jusqu'ici, pour en venir à celle de « revenu de développement » (sous-entendu, de la personne humaine), une notion situant ce dispositif, au-delà de tout registre purement économique, dans le cadre d'une vision élargie mettant mieux l'accent sur son rôle sur le plan philosophique, qui place la personne humaine au coeur de l'économie et de la politique.

 

Nous entendons donc par revenu de développement, un revenu de base alloué sans condition par une communauté politique à chacun de ses membres en tant que personne humaine afin de l’aider à se développer dans la dignité et s’épanouir tout au long de la vie, de la naissance à la mort.

 

 

 

 

Comment nous joindre

LE REVENU DE DEVELOPPEMENT
BP 112

94500 Champigny sur Marne
contact@lerevenudedeveloppement.com

Tél:01 80 51 04 04

 

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre entreprise.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© LE REVENU DE DEVELOPPEMENT