LE REVENU DE DEVELOPPEMENT
LE REVENU DE DEVELOPPEMENT

Apport de solutions plus pragmatiques

 aux problèmes spécifiques de l’Outre-mer

En ce qui concerne singulièrement l’Outre-mer, ainsi qu’en témoigne la longue crise qui a violemment secoué début 2010 les départements d’Outre-mer, nos compatriotes ultramarins sont en butte à des problèmes spécifiques, tels qu’un certain recul de l’autonomie économique depuis la départementalisation, une dépendance accrue à l’égard de l’importation, un chômage trois fois plus élevé… Outre les multiples avantages que comporterait le revenu de développement pour l’ensemble des Français de toute origine, il se justifierait encore par des vertus appropriées à la situation de ces régions.

C’est ainsi qu’il convient en tout premier lieu de noter que lors de l’abolition en 1848 de l’esclavage, les personnes libérées, absolument dépourvues de ressources, n’ont reçu aucune indemnité d’installation, alors que leurs anciens maîtres étaient généreusement dédommagés de la perte de leur main-d’œuvre servile. Et ce, à l’encontre de la position d’un grand homme des Lumières, le marquis de Condorcet qui, dans son petit livre Réflexions sur l’esclavage des nègres, déclarait que l’action de retenir en servitude un être humain « n’est pas la jouissance d’une propriété, mais un crime », de sorte qu’en « affranchissant l’esclave, la loi n’attaque pas la propriété, mais cesse de tolérer une action qu’elle aurait dû punir de la peine capitale ». Il en résulte donc, selon lui, que l’affranchissement ne devrait entraîner « aucun dédommagement aux maîtres des esclaves ».Aussi, n’est-ce pas sans raison qu’à l’occasion des évènements survenus au début de 2010 dans les départements d’outre-mer, le Secrétaire d’Etat à l’Outre-mer en place évoquait « les déchirures douloureuses nées du passé » de ces territoires. La dévolution du revenu de développement pourrait, en quelque sorte, être accueillie par nos concitoyens ultramarins comme une juste réparation et compensation d’un passé aussi regrettable que douloureux et mettre fin à leur sentiment d’être en état de perpétuelle exploitation, ainsi qu’il est apparu lors des mêmes évènements. Par ailleurs, on voit également que la création du revenu de développement, non lié à l’emploi, rendrait sans objet le conflit qui semblerait toujours opposer en Guadeloupe, d’une part, le patronat et les pouvoirs publics, et d’autre part, les syndicats, sur le financement des « 200 euros pour tous » que réclament ces derniers et que jusqu’ici on ne parviendrait pas vraiment à résoudre. Enfin, l’idée d’accorder à tout Français un revenu qui ne dépende pas de son travail serait sans doute de nature à rendre moins préoccupantes l’insertion et l’égalité de chances d’une population ultramarine majoritairement jeune.Ainsi, la mise en place du revenu de développement et des 3 autres dispositifs serait particulièrement propice aux Français éloignés de la métropole et souvent les plus démunis.

 

 

 

Comment nous joindre

LE REVENU DE DEVELOPPEMENT
BP 112

94500 Champigny sur Marne
contact@lerevenudedeveloppement.com

Tél:01 80 51 04 04

 

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre entreprise.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© LE REVENU DE DEVELOPPEMENT